CIRADA

Afin de développer la capacité canadienne à traiter les énormes volumes de données et les ressources informatiques qui seront nécessaires pour exploiter scientifiquement les données du SKA, les chercheurs canadiens ont lancé un projet national appelé CIRADA, l’Initiative canadienne pour l’analyse des données radioastronomiques. Lorsqu’il sera achevé en 2023, le CIRADA comprendra l’infrastructure, la capacité de calcul et l’expertise nécessaires pour convertir les énormes flux de données brutes des télescopes de la prochaine génération en produits numériques sophistiqués que les scientifiques pourront utiliser pour faire de nouvelles découvertes.

L’objectif technique du CIRADA est de générer des produits de données avancés pour de nouvelles études de grande envergure sur trois radiotélescopes : L’expérience canadienne de cartographie de l’intensité de l’hydrogène (CHIME), le Karl. G. Jansky Very Large Array (VLA), et le Australian SKA Pathfinder (ASKAP). Les astronomes du Canada et du monde entier peuvent utiliser les images et les catalogues produits par le CIRADA pour ouvrir une fenêtre unique sur les explosions cosmiques catastrophiques, pour cartographier le magnétisme dans tout l’univers, pour révéler l’évolution des galaxies sur des milliards d’années et pour étudier le processus global par lequel l’approvisionnement en gaz de l’univers est progressivement converti en étoiles.

Le CIRADA regroupe des chercheurs de l’université de Toronto, de l’université d’Alberta, de l’université McGill, de l’université Queen’s, de l’université de Colombie-Britannique, de l’université du Manitoba et du Conseil national de recherches du Canada. Le CIRADA bénéficie également des contributions de l’Institut interuniversitaire pour l’astronomie à données intensives (IDIA) et de la Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation (CSIRO) dans les pays partenaires du SKA, l’Afrique du Sud et l’Australie, respectivement, ainsi que des universités aux États-Unis. Cette large collaboration tire parti de l’expertise du Canada dans le développement et le maintien de plateformes de calcul scientifique et d’archives de données, ainsi que des contributions des principaux acteurs internationaux, pour que le Canada puisse accueillir un centre de données régional SKA qui contribuera au réseau mondial en matière de traitement et d’archivage des données scientifiques et de soutien aux utilisateurs pour le projet.